• Stats

    • Membres : 36
    • Articles : 597
  • En ligne

    • 20 invités
    • aucun membre
Suivi

Gwada 1.0

lundi, 12 10th

Last updateVen, 17 Avr 2015 1pm

Vous êtes ici : La Connaître Art, Culture Littérature Auteurs Maryse CONDE

Maryse CONDE

Marise Liliane Appoline Bocoulon, dite Maryse Condé, est une écrivaine française, née le 11 février 1937 à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe).
En 1953, elle part étudier au lycée Fénelon, puis à la Sorbonne où elle étudie l'anglais. Elle épouse Mamadou Condé, un acteur africain, en 1959. Ses études terminées, elle enseigne en Guinée, au Ghana et au Sénégal. Elle a été aussi journaliste à la BBC et en France. En 1981, elle divorce et épouse en secondes noces Richard Philcox, le traducteur de la plupart de ses romans vers l'anglais. Après de nombreuses années d'enseignement à l'université Columbia, elle partage en 2006 son temps entre son île natale et New York. Les romans de Condé explorent des questions de sexes, de races et de cultures, dans différents lieux et époques historiques, y compris les procès de sorcellerie à Salem, dans Moi, Tituba sorcière… Noire de Salem (1986) et le royaume bambara de Ségou (actuel Mali) au XIXe siècle dans Segou. Elle écrit également des romans pour le magazine Je bouquine. Elle préside le Comité pour la mémoire de l'esclavage créé en janvier 2004 pour l'application de la loi Taubira qui a reconnu en 2001 la traite et l’esclavage comme crimes contre l’humanité. À ce titre, c'est sur sa proposition que le président Jacques Chirac a fixé au 10 mai la Journée de commémoration de l'esclavage, célébrée pour la première fois en 2006.
Biographie
Maryse Condé naît à Pointe-à-Pitre, dernière d'une famille de 10 enfants. Brillants sujets : l'un de ses frères, Auguste, est le premier agrégé de lettres guadeloupéen (promotion Césaire). Maryse s'installe en France à 16 ans. Studieuse, obéissante, rangée, elle découvre alors les écrits du grand manitou de la négritude, et ressent une émotion si forte que sa vie en sera changée pour toujours :
«C'est avec Césaire que j'ai découvert qu'on m'avait menti. Qu'on avait oublié, dans mon éducation, quelque chose d'énorme : l'Afrique.»

L'esclavage, sa vie, son oeuvre.
Tandis qu'elle dévore ce noir chapitre de l'histoire humaine, Maryse Condé s'accommode de moins en moins des discours officiels. On la renvoie du lycée Fénelon pour insubordination et impertinence. Elle poursuit alors ses études à la fac, et rencontre un acteur guinéen, Mamadou Condé qui lui fait découvrir le continent africain. Elle y passera douze ans. Mais son mariage, motivé, dit-elle, par d'autres raisons que l'amour, prend l'eau. Surtout, l'Afrique n'est pas cet éden qu'elle croyait, le jardin de roses de la négritude :
«Quand je suis arrivée en Guinée, je pensais que tous les Noirs étaient frères. Et voici que je découvrais la dictature, la vraie réalité du pouvoir africain. Je voyais Sékou Touré, magnifique, défiler dans une voiture décapotée sous les applaudissements du peuple et j'apprenais le lendemain l'existence du camp Boiro, les gens exécutés, à commencer par le mari de ma soeur qui était ambassadeur. Tout cela me préoccupait, m'habitait.»

Maryse Condé revient en France, travaille dans les bureaux de « Présence africaine », le fief de Césaire :
«Il venait tous les samedis. Il était sauvage et timide. Pas causant. Je n'aurais pas osé lui parler de mon oeuvre ni de la sienne. J'aurais eu un peu honte. Quoi lui dire? Je vous admire? C'est bête. On ne parlait de rien.»

En 1976 elle commence à écrire des ouvrages de fiction, et publie deux romans inspirés de ses expériences en Afrique, Hérémakhonon (1976) et Une saison à Rihata (1981).
Son troisième roman, Ségou, est un ouvrage en deux volumes (Les Murailles de terre, 1984, et La Terre en miettes, 1985) qui franchit « les barrières inaccessibles jusqu’alors aux auteurs caribéens ou africains du succès commercial », selon les termes de la revue Notre librairie. Traduit en douze langues, Ségou clôt le cycle de son œuvre consacrée à l’Afrique.

Maryse Condé est invitée à enseigner aux Etats-Unis en 1985 et y fonde le Centre des études françaises et francophones de l’université de Columbia.

En 1986 elle retourne dans son île natale, qui lui inspire d'autres romans comme La Vie scélérate (1987) et Traversée de la mangrove (1989).
Remariée avec Richard Philcox, traducteur de nationalité britannique, Maryse Condé vit aujourd'hui entre New-York et Paris.
Elle a été promue Commandeur de l'Ordre des Arts et des Lettres en janvier 2001.

De 2004 à 2008, elle préside le Comité pour la Mémoire de l'Esclavage, créé en janvier 2004 pour l'application de la loi Taubira qui a reconnu en 2001 l’esclavage et les traites négrières comme crimes contre l’humanité.

En mars 2009, Maryse Condé soutient moralement les actions du Collectif Paca pour la Mémoire de l'Esclavage en acceptant d'en devenir la marraine d'honneur.
 
Honneurs et distinctions
  • 1987 - Grand prix littéraire de la Femme : prix Alain-Boucheron, pour Moi, Tituba, sorcière noire de Salem.
  • 1988 - Prix de l'Académie française, pour La Vie scélérate.
  • 1988 - Prix LiBeratur (Allemagne), pour Ségou : Les murailles de terre.
  • 1993 - Prix Puterbaugh, pour l'ensemble de son œuvre.
  • 1994 - 50e grand prix littéraire des jeunes lecteurs de l'Île-de-France, pour Moi, Tituba, sorcière noire de Salem.
  • 1997 - Prix Carbet de la Caraïbe, pour Desirada.
  • 1998 - Membre honoraire de l'Académie des lettres du Québec.
  • 1999 - Prix Marguerite-Yourcenar, pour Le Cœur à rire et à pleurer.
  • 2003 - Grand prix Metropolis bleu
  • 2005 - Hurston/Wright Legacy Award (catégorie fiction), pour Who Slashed Célanire's Throat?
  • 2006 - Certificat d'honneur Maurice Cagnon du Conseil international d'études francophones (CIEF).
  • 2007 - Prix Tropiques, pour Victoire, les saveurs et les mots.
  • 2008 - Trophée des arts afro-caribéens (catégorie fiction), pour Les Belles Ténébreuses
  • 2010 - Grand Prix du roman Métis, pour En attendant la montée des eaux
  • 2011 - Le collège de l'île de la Désirade (971 Guadeloupe), anciennement nommé collège Jean-Bellot-Hervagault, est devenu collège Maryse-Condé, à compter du 10 décembre 2012.
 
Décorations
  • Officier de l'ordre de la Légion d'honneur (2014)
  • Grand officier de l'ordre national du Mérite (2011)
  • Commandeur de l'ordre national du Mérite (2007)
  • Commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres (2001)
 
Œuvres
  • Heremakhonon (1976)
  • Une saison à Rihata (1981)
  • Segou
    • Tome 1 : Les Murailles de terre (1984)
    • Tome 2 : La Terre en miettes (1985)
  • Moi, Tituba sorcière… (1986)
  • Haïti chérie (1986) qui est renommée "Rêves Amers"(2005)
  • La vie scélérate (1987)
  • En attendant le bonheur (1988)
  • Hugo le terrible (1989)
  • The Children of Segu (1989)
  • quet de voix pour Guy Tirolien, coécrit Alain Rutil, (1990) (OCLC 24289054)
  • Tree of Life (1992)
  • La Colonie du nouveau monde (1993)
  • La Migration des cœurs (1995)
  • Traversée de la mangrove (1989)
  • Pays mêlé (1997)
  • Desirada (1997)
  • The Last of the African Kings (1997)
  • Windward Heights (1998)
  • Le Cœur à rire et à pleurer (1999)
  • Cèlanire cou-coupé (2000)
  • La Belle Créole (2001)
  • La Planète Orbis (2002)
  • Histoire de la femme cannibale (2005)
  • Uliss et les Chiens (2006)
  • Victoire, les saveurs et les mots (2006)
  • Les Belles Ténébreuses (2008)
  • En attendant la montée des eaux (2010)
  • La Vie sans fards (2012)
  • Comme deux frères
 
Source image : africansuccess.org - Source texte : wikipedia, African Success

You have no rights to post comments

Commentaires

Costume Traditionnel Créole [ par Leo le 11.08.2015 05:04 ]
Costume Traditionnel Créole : bien expliqué ...
  La scolopendre [ par dom le 02.10.2014 19:08 ]   Le Chien Créole [ par Alexandra le 24.08.2014 08:29 ]
un vrai amour! : Bonjour!
  Le Chien Créole [ par delbouis le 04.08.2014 19:58 ]
extra : poker chien ...

Annonces

PDF

La réhabilitation du pont du Galion : une prouesse technique Télécharger
Valorisation de la bagasse de canne à sucre : les biotechnologies au service de l’industrie papetière Télécharger
Une immigration choisie et... subie : le BUMIDOM Télécharger
Contribution a la connaissance de Centruroides barbudensis Télécharger

Newsletter