• Stats

    • Membres : 36
    • Articles : 597
  • En ligne

    • 58 invités
    • aucun membre
Suivi

Gwada 1.0

lundi, 12 10th

Last updateVen, 17 Avr 2015 1pm

Élie DOMOTA

Élie Domota (né en 1968 à Basse-Terre) est un syndicaliste guadeloupéen, porte-parole du Liyannaj Kont Pwofitasyon (ce qui veut dire, en créole, « Collectif contre l'exploitation outrancière ») ou LKP, et secrétaire général de l'Union générale des travailleurs de Guadeloupe (UGTG), syndicat majoritaire de la Guadeloupe. Il a tenu un rôle moteur lors de la grève générale dans les Antilles françaises en janvier et février 2009.
Biographie
Originaire du Bas du Bourg, un quartier populaire de Basse-Terre, Élie Domota est le troisième d'une famille de six enfants. Son père était charpentier et sa mère, femme de ménage. Dès l’âge de 14 ans, il milite au sein de la Jeunesse ouvrière chrétienne.
Il a fait ses études à Limoges, où il a obtenu un DUT de gestion, avant de soutenir une maîtrise d'administration économique et sociale et de suivre un troisième cycle en urbanisme. Retourné à la Guadeloupe en 1991 à l'issue de ses études, il est aujourd'hui directeur adjoint du pôle emploi de Morne-à-l'Eau. Il est marié et père de trois enfants.
 
Grève générale de 2009
Il apparaît depuis le début de la grève générale déclenchée en Guadeloupe le 20 janvier 2009 dans un tee-shirt rouge (couleur des insurgés contre les troupes du Premier consul Napoléon Bonaparte venues rétablir l'esclavage en 1802) siglé « LKP ». Le 20 février 2009, sa marionnette apparaît pour la première fois dans les Guignols de l'info dans une joute verbale avec celle de Nicolas Sarkozy.
Élie Domota a appelé « le peuple guadeloupéen à manifester contre le pouvoir colonial français [qui] s’apprête à réprimer les travailleurs, la jeunesse, le peuple de Guadeloupe avec leurs organisations ». Au cours de la grève, il a fustigé dans ses discours la France « qui envoie des charters de gendarmes "casser du nègre" chez lui, en Guadeloupe » et « la France [qui] a choisi sa voie naturelle, celle de tuer des Guadeloupéens ».
Les propos qu'il a tenus lors d'une interview le 5 mars 2009 à Télé Guadeloupe « soit ils appliqueront l'accord, soit ils quitteront la Guadeloupe » et encore « nous ne laisserons pas une bande de békés rétablir l'esclavage » ont entraîné une polémique en métropole. L'enquête judiciaire pour « provocation à la haine raciale » qui a été ouverte à son encontre est dénoncée par Domota comme une tentative d'« intimidation ».
 
États généraux de l'Outre-Mer
Le 5 avril 2009, le LKP annonce la décision d'Élie Domota de refuser de participer aux états généraux de l'Outre-Mer prévus ce même mois. Il justifie ce refus en déclarant : « Nous sommes dans notre propre logique. Nous allons organiser nos propres États Généraux, avec la population et pas seulement des experts ». Le 15 avril, Domota explique : « il faut véritablement donner la parole aux Guadeloupéens [au lieu de] se contenter de rencontrer des technocrates. [...] On n'entend pas la voix des travailleurs, on n'entend pas ce que disent les Guadeloupéens [...] ce n'est pas du tout avec les états généraux que ça va changer. »
 
 
 
Source image : 976.fm - Source texte : wikipedia

You have no rights to post comments

Commentaires

Costume Traditionnel Créole [ par Leo le 11.08.2015 05:04 ]
Costume Traditionnel Créole : bien expliqué ...
  La scolopendre [ par dom le 02.10.2014 19:08 ]   Le Chien Créole [ par Alexandra le 24.08.2014 08:29 ]
un vrai amour! : Bonjour!
  Le Chien Créole [ par delbouis le 04.08.2014 19:58 ]
extra : poker chien ...

Annonces

PDF

La réhabilitation du pont du Galion : une prouesse technique Télécharger
Valorisation de la bagasse de canne à sucre : les biotechnologies au service de l’industrie papetière Télécharger
Une immigration choisie et... subie : le BUMIDOM Télécharger
Contribution a la connaissance de Centruroides barbudensis Télécharger

Newsletter